Fais connaître Folili !
Partage

Marque ta page - Nouvelle

Les fictions des julienautes racontant des histoires d'amour ou romantiques
7 messages Page 1 sur 1
Ju'Grande soeur
Messages: 1241
Inscription: 11 Aoû 2015, 16:13

Marque ta page - Nouvelle

Message par Tea time le 04 Juil 2017, 17:53

Marque ta page.



Cette nouvelle a remporté la quatrième place du concours d'écriture de Rouen 2015 et a été séléctionnée pour faire partie du recueil publié. Bonne lecture ^^

Image


    Tout commença avec une boîte à lire. Thomas O’Dalaigh, 34 ans, grand, brun aux yeux verts, marchait dans la rue parallèle à Main Street de la petite ville portuaire de Dingle en Irlande.
    Depuis peu, la mairie avait décidé d’instaurer en ville le système des boîtes à lire ; on avait installé des boîtes un peu partout dans Dingle et grâce à cela, les livres pouvaient circuler librement à travers la ville.
    Thomas était un habitué. Il échangea son ancien livre - un très bel ouvrage d’ailleurs - contre un autre dont il avait entendu parler : les neufs cercles, de R.J. Ellory. C’était un thriller trépidant, aux nombreux rebondissements. Thomas lut le résumé et sourit, satisfait. Parfait. En tant que policier, ce genre de littérature lui convenait parfaitement.
    Puis, le livre sous le bras, il rentra chez lui, à pied.
    Arrivé dans son petit appartement au deuxième étage, il se fit un café, alluma la télévision en bruit de fond et s’installa, livre en main. Il l’ouvrit et haussa les sourcils, étonné. Quelqu’un, certainement le premier lecteur, avait eu l’inconvenance de « personnaliser » le livre ! Effectivement, au bas de la première page, on avait tamponné à l’encre rouge un prénom, Ela.
    Il feuilleta rapidement l’ouvrage et constata, que la dénommée Ela, avait en plus, couvert le livre de sa fine écriture. Dans la marge, de nombreuses annotations, sans rapports apparents avec les neufs cercles, avait été inscrites au crayon gris. Thomas secoua la tête et soupira. Les gens n’avaient plus aucun respect pour les livres. Thomas posa le livre à plat sur la table et se leva à la recherche d’une gomme. Bien, il effacerait donc au fur et à mesure les gribouillis.
    Il vint se rasseoir muni de sa gomme, but une gorgée de café brûlant et commença sa lecture.
    Mercredi 24 juillet 1914. Quand la pluie arriva…
    Une première annotation vint troubler la lecture du policier. Il s’apprêtait à l’effacer quand il la lut sans même le vouloir.
    Jeudi 2 février 2015… Je viens de me faire virer de mon boulot. J’ai divorcé il y a moins de trois mois et mes économies ne me permettront pas d’arriver jusqu’à l’été. Ma vie et un cauchemar.
    Thomas, marmonna et tourna la page à la recherche d’une suite à ce sombre récit.
    Samedi 4 février 2015. J’éprouve le besoin étrange d’écrire mon désespoir… Comme une sorte d’appel au secours, une bouteille à la mer.... Je ne sais pas. Je ne sais plus.
    Thomas fronça les sourcils. Il feuilleta encore quelques pages et lut des messages de plus en plus noirs. Il en arriva à la dernière page.
    Vendredi 12 février. Il est déjà 7 heures et je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Je dois tenir, dit-on. Ça va s'arranger, qu'ils disent! Mais je n'en peux plus d'attendre. Peut-être que je devrais en finir? Ce ne sont pas les méthodes qui manquent. Je m'étais dit que ce livre me changerait les idées, mais je me demande si ça ne m'a pas encore plus poussée au bord du précipice. Je ne tiendrai pas une nuit de plus, seule, comme ça. Tant pis...tant pis.
    Que devait-il faire ? Vendredi 12. C'était aujourd'hui… Il jeta un œil à la télé puis sur sa montre : 16H23. Il avait encore le temps de passer à la mairie. Il avait le prénom de cette femme et ils n’étaient pas un milliard à vivre ici, à Dingle. Il avait des chances de la retrouver.
    Thomas se leva pour prendre sa veste avant de s’arrêter sur le seuil. Oui, mais, et après ? Il soupira et haussa les épaules. Thomas enfila des baskets et attrapa une pomme dans laquelle il mordit. Puis il sortit de l’immeuble, sa pomme à la main et les cheveux en bataille.
    Il se présenta devant le guichet et demanda à consulter l’annuaire de la ville. Une cinquantenaire au chignon strict lui faisait face, sur sa poitrine, un badge avec son nom était accroché : Béatrice. Elle le regarda un instant et soupira en faisant tourner sa chaise roulante. Elle farfouilla un instant dans ses tiroirs puis se tourna à nouveau vers Thomas, l’air exaspéré :
    -Votre nom, je vous prie ?
    -Thomas O’Dalaigh. C’est important. Ajouta-t’il devant l’air « enjoué » de la vieille fille.
    La vieille Béatrice balaya cette remarque d’un geste de la main et disparut derrière une porte. Elle reparut quelque secondes plus tard, une clé USB grise en main. Elle l’inséra dans l’ordinateur et leva des yeux cernés vers le policier :
    -Vous cherchez une personne en particulier je suppose ?
    -Oui, enfin pas tout à fait ; j’ai juste son prénom mais ça devrait suffire je pense.
    L’hôtesse l’incita à poursuivre du regard et Thomas se racla la gorge, mal à l’aise devant cette femme aigre :
    -Je recherche une certaine Ela.
    Elle tapa avec une lenteur exaspérante dans une barre de recherche et annonça d’une voix endormie :
    -On recense une Ela Hopkins à Dingle ; elle habite 54 Strand Street. Ça ira ?
    Thomas nota les coordonnées, remercia Béatrice et repartit, les mains dans les poches.
    Strand Street n’était pas loin de la mairie et il pouvait y aller à pied. De toute façon, il n’avait pas de voiture. Strand Street était une rue commerçante, très animée à toute heure. Thomas se pointa devant le numéro 54 et sonna. Un homme vint lui ouvrir, sa carrure imposante embrassant le pourtour de la porte. Il avait la mine joviale et le nez rouge. Il sourit à Thomas et demanda d’une voix rauque :
    -Hé ! Que me vaut votre visite, jeune homme ?
    -Bonjour, répondit Thomas en lui tendant une main, Thomas O’Dalaigh, je suis policier. Je recherche une femme prénommée Ela, Ela Hopkins.
    -La p’tite Ela ! Adorable cette fille ! Malheureusement pour toi mon vieux, elle a déménagé il y a trois mois. Une histoire bien triste. La pauvre a de gros problèmes d’argent. Et son mec qui l’a plaqué…Un vrai alcolo lui ! Il est reparti avec une blonde plantureuse. Pauvre fille…
    Thomas coupa court au monologue de l’homme et fronça les sourcils :
    -Vous ne savez pas où elle est maintenant ?
    -Ah ça non ! Je n’en ai aucune idée. Mais, ma foi, vous la trouverez bien vite si elle est encore à Dingle. Vous saviez que nous ne sommes que 1929 habitants au village ? Sans compter les 6904 autres de la zone rurale…
    Thomas interrompit le colosse, le salua et s’en alla, contrarié.

    Il détestait ne pas pouvoir agir. Or, il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de plus.
    Thomas rentra donc chez lui en passant devant la boîte à lire. Il l’ouvrit et regarda ce qu’il y avait à l’intérieur. Vide. Il la referma avec violence et s’en alla, le pas furieux.
    Il s’énerva en sortant sa clé de sa poche et l’enfonça dans la serrure, plus frustré que jamais. Il poussa la porte du hall d’entrée d’un coup d’épaule brusque et monta les escaliers sans même regarder devant lui.
    Paf !
    Le choc fut brutal et la jeune femme bascula en arrière, renversant sur le sol le tas de livres qu’elle portait. Thomas venait de bousculer une femme d’environ vingt-huit - vingt-neuf ans, aux cheveux noirs et aux yeux gris. Il se souvint d’avoir entendu parler d’une nouvelle locataire au troisième.
    La tension de Thomas retomba d’un coup. Il s’excusa et se baissa pour aider la jeune femme à ramasser ses livres. Il l’aida à se relever et s’excusa encore :
    -Pardonnez-moi, je ne vous ai pas vu et…
    -Non, non, c’est aussi ma faute, je ne regardais pas non plus.
    Thomas la regarda dans les yeux et reporta son attention sur un des livres qu’il avait ramassé.
    -J’ai lu ce roman ; vous verrez, la fin est tout à fait surprenante. Je…
    Il venait d’ouvrir le livre à la première page quand il s’arrêta net. La jeune femme pencha la tête de côté et regarda Thomas, toujours perplexe.
    -Ça ne va pas ? Demanda-t-elle.
    Thomas releva la tête ; le livre était marqué du tampon rouge d’ « Ela ».
    Il l’observa plus en détail et lui répondit la voix soudainement grave :
    -Est-ce que vous, ça va ?
    Prise de court, la femme hocha poliment la tête et repris son livre. Elle souhaita une bonne soirée à Thomas et le contourna pour descendre.
    Le policier lui attrapa le bras dans un réflexe pour la retenir et leurs regards se croisèrent :
    -Ela Hopkins ?
    -Oui.
    -Vous êtes sûre d’aller bien ?
    La brune baissa la tête et les larmes lui montèrent aux yeux. Thomas lui sourit et lui pressa affectueusement le bras :
    -Vous savez quoi ? Venez, allons faire un tour.

    Ella n’était pas très bien et elle semblait sur le point de pleurer à tout moment. Néanmoins, Thomas réussit à la dérider un peu. Il paraissait tout de même évident qu’elle allait mal et avait besoin de compagnie. Ils sortirent, et l’air mordant venant de la mer leur fit du bien.
    Ils s'assirent sur un banc et parlèrent longuement. Ella jouait nerveusement avec les pans de sa robe et Thomas fut patient. Il l'écouta et la fit même rire à un moment!
    Elle lui parla de son enfance. De la fausse couche qu'elle avait faite il y avait de cela un an. Par la suite, son couple était parti en fumée, comme ravagé par un immense incendie qui aurait détruit sa vie. Elle pleura et Thomas la tint dans ses bras en silence.
    Et puis, ce fut l'heure de rentrer.
    Après s'être assuré que la jeune femme se sentait mieux et ne tenterait rien d’insensé pendant la nuit, Thomas lui sourit et promit de passer le lendemain.
    Il s’apprêtait à partir quand la jeune femme le retint en lui agrippant le bras, une lueur anxieuse brillant dans son regard.
    Ella lui sourit timidement et demanda en rougissant, presque honteuse :
    -Vous m’offrirez un verre un de ces quatre ?
    Thomas rit et lui répondit, le regard espiègle, avec un petit sourire en coin :
    -Et que diriez-vous d’un dîner ?


Tea time
Ju'Grande soeur
 
Messages: 1241
Inscription: 11 Aoû 2015, 16:13

Julienaute d'or
Messages: 2970
Inscription: 27 Aoû 2016, 18:00

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par Blacky_Whity le 12 Juil 2017, 19:43

Fascinant, je suis
Blacky_Whity
Julienaute d'or
 
Messages: 2970
Inscription: 27 Aoû 2016, 18:00

Ju'Grande soeur
Messages: 1241
Inscription: 11 Aoû 2015, 16:13

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par Tea time le 20 Juil 2017, 12:10

Blacky_Whity a écrit:Fascinant, je suis


    Merci beaucoup
Tea time
Ju'Grande soeur
 
Messages: 1241
Inscription: 11 Aoû 2015, 16:13

Julienaute d'or
Messages: 244
Inscription: 11 Mai 2016, 21:20

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par siana ITTAK le 21 Juil 2017, 15:49

très bien écrit, je suis
siana ITTAK
Julienaute d'or
 
Messages: 244
Inscription: 11 Mai 2016, 21:20

Julienaute d'or
Messages: 15868
Inscription: 19 Mar 2015, 18:31

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par miss kawaii le 21 Juil 2017, 19:06

        Je suis :D :coeur:
        « - Sarcasm is my only defense »
miss kawaii
Julienaute d'or
 
Messages: 15868
Inscription: 19 Mar 2015, 18:31

Julienaute d'or
Messages: 495
Inscription: 27 Jan 2016, 20:12

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par worldgirl04 le 27 Juil 2017, 11:54

Waouh.
worldgirl04
Julienaute d'or
 
Messages: 495
Inscription: 27 Jan 2016, 20:12

Julienaute d'or
Messages: 1036
Inscription: 06 Déc 2015, 13:54

Re: Marque ta page - Nouvelle

Message par fleurdelotus27 le 30 Juil 2017, 14:16

WOW !
fleurdelotus27
Julienaute d'or
 
Messages: 1036
Inscription: 06 Déc 2015, 13:54

7 messages Page 1 sur 1

Qui est en ligne

Au total il y a 2 utilisateurs en ligne :: 0 enregistré, 0 invisible et 2 invités
(d’après le nombre d’utilisateurs actifs ces 5 dernières minutes)
Le record du nombre d’utilisateurs en ligne est de 1153, le 21 Déc 2013, 00:02

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités